ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
ecus et euros des villes 
 
 
Rubriques

ANCETRES
Abbeville
Aix-en-Provence
Amiens
Ampleluis
Angers
Annecy
Arcs (les)
Albi
Aulnay\Bois
Avignon
Bagnols / Cèze
Basse-Terre
Bar-le-Duc
Barcelonnette
Beaumont
Berck-sur- Mer
Bergerac
Besançon
Bettancourt la F
Blagnac
Bondy
Bonifacio
Bordeaux
Bourg-en-Bresse
Bourges
Cadenet
Cagnes-sur-Mer
Cahors
Carcassonne
Chambéry
Chamonix
ChâtenayMalabry
Ciotat (La)
Cires-lès-Mello
Conflans
Corbeil-Essonne
Courbevoie
Coutras
Crest
Crouy en Thelle
Douai
Draguignan
Drôme
Dunkerque
Epinal
Evreux
Fréjus
Gap
Golfe-Juan
Gourdon
Havre (Le)
IPN
Issy
Lacroix-St-Ouen
Laon
Lamalou-l-Bains
Lambesc
La Défense
Leclerc Edouard
Libération
Lisses
Loches
Lozère
Marly-le-Roi
Mayenne
Mazamet
Melun
Metz
Meudon
Millau
Monaco
Montélimar
Montolieu
Montpellier
Muret
Nancy
Narbonne
Nogent / Marne
ND d Gravenchon
Numismatique
Orly -le Bourget
Paris
Paris XIII
Pavillons\Bois
Pays du Freinet
Pernes-les-Fnes
Perpignan
Plaisir
Plessis-Trévise
Poitiers
Port-sur-Saône
Pourrière
Poussan
Privas
Revel
Rhinau
Roanne
Romans
Royan
Saint Etienne
Saint Just
Saint Laurent
Saint Orens
Salon
Savigny/Orge
Sens
Seurre
Sorgues
Strasbourg
Tain-l'Hermitage
Toulouse
Ugine
Uzès
Vaison
Valence
Vesoul
Voujeaucourt
Wasquehal
ETRANGER
LA FRAPPE
CATALOGUES
in english
SONDAGE
RéFéRENCEMENT
VENTES

 

Liens

 Home  | Album-Photo  | Contact

Des euros fournis par une ville jumelle

En effet, la ville de Rhinau n'a pas frappé d'euros par elle-même, mais elle a fait circuler dans sa commune des monnaies frappées à son nom par sa ville jumelle de Beaumont du Périgord (voir à cette rubrique). 
Les liens entre Rhinau et Beaumont datent de la fin de la seconde guerre mondiale où la majorité de cette ville alsacienne fût réfugiée dans la petite commune du Sud-Ouest. Entre les réfugiés et les aquitains, des relations se sont alors forgées - voire des mariages (à cette époque, on avait de l'honneur et les bâtards ne représentaient pas la majorité des naissances, comme actuellement) - et cela a conduit au jumelage. 
C'est l'ACEB (Association Culturelle En pays Beaumontois) qui a fourni la ville en euros temporaires suivant : 
 
 
 
1,5 euro de Rhinau 
 
 
 
 
Cette face nous indique qu'il s'agit de Rhinau, dont (on s'en doute) le nom vient du fleuve Rhin. Cette commune implantée à la fois sur la rive allemande (997 ha) et française (1735 ha) est célèbre pour son bac, toujours en activité. 
On découvre ici les dates de validité de cette pièce de 1,5€ (soit dix francs à l'époque) dont la valeur exacte est inscrite sur l'autre face (voir la rubrique "Beaumont"). 
Le blason de la commune est présenté (son explication est détaillée plus bas). 
Cette pièce est en cupro-nickel et a été gravée par C. Cardot (MOF). 
Elle a été si bien et si rapidement utilisée dans Rhinau même qu'ils ont fait une demande à l'ACEB de Beaumont (l'entité émettrice de cet euro temporaire de Rhinau-Beaumont) pour en avoir plus. Malheureusement, la courte durée de validité des pièces, la lenteur administrative d'acceptation et les délais techniques d'émission ont empêché cette nouvelle production. 
 
 
 
30 euros de Rhinau 
 
 
 
 
 
Cette seconde monnaie est en argent, ce qui justifie sa valeur de 30 euros (soit 200 ₣ de l'époque) qu'on voit sur la face "Beaumont" (sur cette monnaie il n'y a pas d'avers-revers mais deux faces). 
Elle se présente comme la monnaie précédente, hormis le métal utilisé. Notons deux marques avant le E de "EURO" qui correspondent aux poinçons utilisés par l'atelier G&L garantissant la contenance en métal précieux. 
Autre détail amusant, certaines pièces ont été contremarquées d'un double B (BB) pour rappeler l'atelier de Strasbourg qui historiquement fournissait la monnaie sur la région. 
 
 
 
Quelques informations sur Beaumont-du-Périgord  
 
 
 
Situé à 32km au sud de Strasbourg, Rhinau tire son nom du Rhin. Rhinau est mentionné pour la 1ère fois, dans une charte de l'Empereur Lothaire en 845 par laquelle ce dernier faisait donation de 12 domaines, dont Ryno, à l'Abbaye St-Etienne de Strasbourg. En 1236, Ryno s'est transformé en Rinowe et un document de 1264 mentionne la présence d'un Hospice qui a été fondé par les 'Joannites', ordre militaire de St-Jean de Jérusalem. En 1290, l'Abbaye de Honau (moines irlandais) est transformée à Rhinau. Les guerres successives, de la fin du Moyen-Age à nos jours, ont autant marqué l'histoire de la ville que les catastrophes provoquées par le Rhin. Lors de la guerre de 100 ans, Rhinau se défend en 1375 contre les Anglais et en 1443 contre les Armagnacs de Louis XI. Elles est sauvée grâce aux Strasbourgeois. De cette époque datent les armoiries de la ville 'd'azur à la vierge assise tenant de sa dextre une rose de gueules et de sa senestre, l'enfant, le tout d'or, accosttrée de deux tourelles d'argent couvertes et pavillonnées de même'. Au début du XVIè siècle, la cité est ravagée par le Rhin. Elle est rebâtie en 1519 ( l'église St-Michel, construite la même année et dont il ne subsiste aujourd'hui que le choeur de style gothique, ainsi que l'Hôtel de Ville datant de 1530) ont été détruits pendant les combats de décembre 1944. Le traité de 1542 fixe définitivement les limites térritoriales de Rhinau. C'est ainsi que 997 ha de terres, situées sur la rive droite du Rhin, en Allemagne, appartiennet toujours à Rhinau, malgré les contestations allemandes de 1938. Durant la guerre de trente-ans, la commune est un vaste champ de bataille où s'affrontent Impériaux, Suédois et Français. En 1675, la peste décime la population, remplacée en partie par les pâtres suisses originaires de Lucerne, comme l'attestent encore aujourd'hui certains patronymes tels Heppi, Kuhri, Findeli, Caroli et Haeffeli. Entre 1790 et 1794, Rhinau est un lieu de passage d'émigrants et en 1804, le duc d'Enghien, arrêté à Ettenheim en Bade, est transféré à Rhinau avant de regagner Paris. Sous la restauration, le Rhin provoque encore de nombreuses catastrophes, frappant durement les habitants de Rhinau ; mais c'est en 1852 qu'a lieu l'inodation la plus grave. E, 1862, suite à une série de noyades causées par le Rhin tumultueux, Rhinau se place sous la protection de la vièrge avec érection d'une très belle colonne toujours en place aux bords du Rhin. Sortie indemne de la guerre de 1870, la commune subit une nouvelle inondation en 1876, la dernière du genre ; car par la suite, des digues fortifiées, erigées le long du fleuve, régulariseront la course du Rhin. Très peu touchée par le première guerre mondiale, la ville souffrira énormément durant la seconde guerre mondiale, guerre qui entraîne l'évacuation de sa population vers la Dordogne de septembre 1939 à août 1940, d'où le jumelage avec Beaumont-du-Périgord. Le bombardement par obus incendiaires de décembre 1944 détruira l'église, l'hôtel-de-ville, les écoles et tout le centre-ville, alors que la population est évacuée pour la seconde fois avec retour dans la localité en avril-mai 1945. La ville de Rhinau est titulaire de la Croix de Guerre avec citation à l'ordre du Corps d'Armée. Sinistrée à 75Rhinau se lance avec courage dans la reconstruction. de 1957 à 1959 sont ainsi reconstruits : le groupe scolaire, l'Hôtel-de-Ville et l'Eglise. De 1964 à 1966 date la construction du bâtiment communal abritant les services des PTT et de la Perception. De 1967 à 1975 est aménagé un nouvel ensemble sportif : terrain de football avec éclairage pour rencontres nocturnes et vastes sanitaires. Suite à l'aménagement de plusieurs lotissements et l'augmentation de la population en découlent, un nouveau groupe scolaire est édifié en 1974 et 1975 dans l'actuelle rue Monpazier. En effet, de 1555 habitants en 1954, la population passe à 2216 en 1975, puis à 2295 en 1990, pour atteindre 2347 en 1999.  
 
Pour plus de précisions, vous pouvez visitez les sites suivants : 
 
http://www.rhinau.com/ 
Site de la mairie de Rhinau 
 
http://www.tourisme.fr/office-de-tourisme/rhinau.htm 
Site de l'office de tourisme de Rhinau 
 
Droit de réponse 
Un internaute m'a écrit pour me dire qu'il n'était pas d'accord avec le paragraphe ci-dessus. Je vous transcris sa missive  
in extenso
, ainsi que son courriel si vous souhaitez plus d'informations quant à ses recherches. 
 
 
Dans le texte que vous avez écrit sur les noms à Rhinau, vous affirmez que les noms se terminant avec “I” sont suisse. 
Mon nom est CAROLI Marcel, mon aïeul le plus éloigné connu vient d’Allemagne ses parents y sont morts. 
Heppi est le seul que l’on sait venir de Suisse et le premier est venu à Kertzfeld. 
FINDELI, on n’en sait rien, le premier est venu à Witternheim pas possible de remonter plus loing. 
 
Etc.. 
Je suis généalogiste, j’ai enregistré l’ensemble des données de notre ville qui sont disponible dans 4 volumes. 
Il faut faire très attention quand on fait des affirmation sans vérifications. 
J’ai eu des pb par le passé, une fois on me prends pour un Italien, une fois pour un Suisse, on ne sait jamais si c’est du racisme. 
Ce que je viens de faire pour vous, je l’ai publié dans ma ville afin des fins de mise au point et personne n’y a trouvé à redire. 
 
Marcel CAROLI 
 
caroli.marcel@wanadoo.fr 
 
Comme il est expliqué en page d'accueil, ce site ne vend pas d'"euros des villes" mais pour répondre aux internautes qui me demandent où se procurer de telles monnaies, je vous donne les coordonnées de l'ACEB à qui il reste encore quelques (très rares) euros temporaires de Rhinau en Alsace : 
 
Demandez Monsieur Yves COMBI 
 
 
au 05.53.22.40.29  
ou par e.mail à l'adresse suivante : 
beaumont24culture@orange.fr 
 
 
ATTENTION cette annonce sera effacée quand M. Combi me préviendra que tous ses euros provisoires sont écoulés. 
 
 
 
 
 

 

(c) Philippe Mazel - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 12.01.2014
- Déjà 8766 visites sur ce site!