ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
ecus et euros des villes 
 
 
Rubriques

ANCETRES
Abbeville
Aix-en-Provence
Amiens
Ampleluis
Angers
Annecy
Arcs (les)
Albi
Aulnay\Bois
Avignon
Bagnols / Cèze
Basse-Terre
Bar-le-Duc
Barcelonnette
Beaumont
Berck-sur- Mer
Bergerac
Besançon
Bettancourt la F
Blagnac
Bondy
Bonifacio
Bordeaux
Bourg-en-Bresse
Bourges
Cadenet
Cagnes-sur-Mer
Cahors
Carcassonne
Chambéry
Chamonix
ChâtenayMalabry
Ciotat (La)
Cires-lès-Mello
Conflans
Corbeil-Essonne
Courbevoie
Coutras
Crest
Crouy en Thelle
Douai
Draguignan
Drôme
Dunkerque
Epinal
Evreux
Fréjus
Gap
Golfe-Juan
Gourdon
Havre (Le)
IPN
Issy
Lacroix-St-Ouen
Laon
Lamalou-l-Bains
Lambesc
La Défense
Leclerc Edouard
Libération
Lisses
Loches
Lozère
Marly-le-Roi
Mayenne
Mazamet
Melun
Metz
Meudon
Millau
Monaco
Montélimar
Montolieu
Montpellier
Muret
Nancy
Narbonne
Nogent / Marne
ND d Gravenchon
Numismatique
Orly -le Bourget
Paris
Paris XIII
Pavillons\Bois
Pays du Freinet
Pernes-les-Fnes
Perpignan
Plaisir
Plessis-Trévise
Poitiers
Port-sur-Saône
Pourrière
Poussan
Privas
Revel
Rhinau
Roanne
Romans
Royan
Saint Etienne
Saint Just
Saint Laurent
Saint Orens
Salon
Savigny/Orge
Sens
Seurre
Sorgues
Strasbourg
Tain-l'Hermitage
Toulouse
Ugine
Uzès
Vaison
Valence
Vesoul
Voujeaucourt
Wasquehal
ETRANGER
LA FRAPPE
CATALOGUES
in english
SONDAGE
RéFéRENCEMENT
VENTES

 

Liens

 Home  | Album-Photo  | Contact

Second ECU du tour de France 1995

En effet, Saint Orens de Gameville fût la ville de Haute-Garonne d'où les courreurs prirent le départ, après leur arrivée la veille à Revel (voir cette rubrique). 
Je pense que leur transport depuis Revel a été réalisé en bus car il y a quand même 43 km en ligne droite sur la D2 entre les deux villes! 
Donc St-Orens-de-Gameville fût le départ de la 14ème étape qui représentait 164 km jusqu'à Guzet-Neige en Ariège (c'est l'italien Marco Pantani qui la remporta). 
Le jour du départ aura donc été la dernière journée de validité de cet ECU (et demi) qui circulait déjà depuis 10 jours.  
 
 
1,5 ECU de Saint-Orens de Gameville 
 
 
 
On voit donc sur cet ECU provisoire, comme sur celui de Revel, le nom de la ville et les dates de validité. Les Saint-Orennais ont donc dû laisser aux touristes amateurs de cyclisme leur derniers ECUs. 
On retrouve ici aussi la croix du Languedoc en fond avec les douze étoiles européennes au dessus, qui donne une impression de relief à cette monnaie (la croix est frappée en "creux"). 
Ici aucune indication du graveur (mais sur l'ECU revelois, il fallait attendre la pièce de 25 ECU pour le savoir). Cette pièce (bien que beaucoup plus grosse) devait être échangeable comme les petits "10 Francs au génie" bimétalliques. 
L’origine de Saint-Orens de Gameville vient du nom d’un évêque (Orentius) dont les prières répétées auraient permis la capture de Litorius aux portes de Toulouse (nuages de poussières!). Après sa mort en 439, Orentius fut canonisé Saint-Orens. On fit construire l’église en son nom sur le site même de la bataille. 
La création de la commune provient de la fusion, le 31 décembre 1790, de trois communautés : Cayras, Gameville et Lantourville qui composaient le diocèse de Toulouse. 
 
 
 
 
 
Au revers de cet ECU temporaire au retrouve le logo déjà vu à Revel et qui symbolise UNIQUEMENT l'aventure de Haute-Garonne du tour version 95. La date du 16 juillet (mon anniversaire!) 1995 est celle du départ de la 14ème étape, et aussi celle de la fin de validité locale de cet ECU ("allez Martine, va acheter une chocolatine chez Cazenave avec cette pièce, demain elle ne vaudra plus rien"). 
Saint-Orens est officiellement référencée comme "Ville d'étape du tour de France", et derrière le cycliste sur fond d'héxagone, on voit un imposant monument : il s'agit d'ALTIGONE, le nouveau centre culturel de Saint-Orens. Même si le fond grumuleux de la pièce laisse à penser qu'il est pavé, il est à l'heure actuelle carrelé. 
En effet, le petit village de Saint-Orens des années 70 comptait 700 habitants : en 20 années, il est devenu une ville de plus de 10 000 âmes, avec des zones industrielles et un gigantesque centre commercial. C'est pourquoi, la salle des fêtes a laissé la place à Altigone qui propose au public une saison de spectacles, pièces de théâtre, concerts, etc. Il se compose d'une salle de spectacle de 600 places, d'une bibliothèque et d'une école de musique municipales. Altigone héberge une école de danse et un atelier d'arts plastiques. Enfin, chaque année, deux festivals s'y déroulent : « Les Nez Rouges » sur les Arts du Cirque et un festival de danse contemporaine... 
Notons que l'évolution de la ville s'est surtout faite en milieu pavillonaire (pas de grands ensembles) et qu'étant donné le nombre d'entreprises implantées sur le territoire communal, beaucoup de saint-orennais travaillent sur place. 
 
Pour plus de renseignements sur cette ville de la périphérie toulousaine, je vous propose de regarder le site de la mairie : 
http://www.ville-saint-orens.fr/ 
 
Ainsi que celui d'un particulier consacré à Altigone qui accueille de nombreux artistes en tournée (Printemps des Courges, etc...) : 
http://infosainto.free.fr/culture/Alti/ 
NB : Altigone n'a pas d'autre site officiel que celui de la mairie. 
 
 

 

(c) Philippe Mazel - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 21.07.2006
- Déjà 9269 visites sur ce site!